Lancé en 2013 par Virgile Delporte, Testamento est une nouvelle façon d’appréhender cet acte parfois tant redouté par les français, à savoir coucher sur papier ses dernières volontés. Avec la digitalisation de tous les services publics, il était obligatoire que les actes notariés soient également un jour impactés par cela. Maitre Frédéric DUCOURAU dresse le bilan après quelques années d’existence de nouveau service et donne son avis sur le futur métier du notaire 2.0

Le testament 2.0 est censé faciliter l’acte notarial et alléger la procédure. Il vous permet en quelques clics de faire connaître vos héritiers, de faire la liste de vos biens et de surtout de désigner les dernières personnes qui devront le faire appliquer. La société c’est depuis ses débuts entourée de professionnels reconnus et a bien l’intention de grandir encore. La révolution numérique chez les notaires est lancée.

La satisfaction d’une génération toujours plus pressée

Dans une société où tout est accessible rapidement et facilement, il fallait que les actes officiels comme ceux des notaires suivent la tendance et le mouvement. La nouvelle génération ne veut plus perdre aucune seconde et est habituée à ce que tout désormais soit dématérialisé et que l’on puisse tout faire par le numérique.

Il fallait que les notaires se mettent donc à la page et la société Testamento est un premier pas vers cette digitalisation tant attendue et tant demandée par les clients. Il reste tout de même des actes qui ne peuvent pas être compressés ou simplifiés. Après s’être inscrit sur le site, la personne répond à une série de question qui permettront de créer son testament numérique. Il faudra pourtant le recopier à la main afin que ce dernier est une valeur légale. Cela est obligatoire et ne peut pas être évité. Il est également de le faire enregistré au Fichier Central des dispositions des dernières volontés par un notaire partenaire de la société pour 40 euros.

Une méfiance des notaires ?

Aucune opposition de principe n’est à déclarer mais il est vrai que le corps notarial reste sur la défensive face à ce genre de nouveauté. Non par peur de la concurrence car il y aura toujours besoin d’un notaire assermenté pour valider les documents remplis sur le net ou pour les faire enregistrés en réel. Mais plus une crainte de la perte de contact physique avec la personne et un abandon du rôle de conseiller.

Les notaires sont entrés dans l’ère de la numérisation puisqu’il est possible désormais de faire signer des actes notariés sur tablette. Ils sont favorables aux progrès techniques et à la modernisation des processus. Mais ils ne veulent pas perdre ce lien avec les personnes qu’ils accompagnent et déshumaniser un métier qui est tourné avant tout vers la personne.

Maitre Frédéric DUCOURAU prend du recul face à toutes ces nouvelles technologies et encourage à un vrai débat sur les transformations inévitables à venir du corps notarial et de sa manière de fonctionner. Toute chose est vouée à évoluer.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire